La mer est à la fois une ressource en grande partie inexplorée et un capital déjà mis en danger par l’impact des activités humaines. L’exploitation de ce milieu et de ses ressources met en péril la base même sur laquelle repose une grande partie de ses avantages. La mer peut-elle nous permettre de relever ces défis, en Nouvelle-Aquitaine, avec quelles limites et sous quelles conditions ?

Dans son rapport adopté en avril 2019, le CESER propose une clarification des contours de l’économie de la mer en Nouvelle-Aquitaine, et invite à ne pas se limiter à « la croissance bleue », concept trop réducteur d’une seule vision marchande des activités maritimes. Se projetant vers l’avenir, le rapport explore la façon dont la mer pourra ou non répondre à sept grands défis qui se poseront demain en termes d’emplois, d’alimentation, de santé, d’énergie, d’habitat, de loisirs et de transports (marchandises et personnes). Il met en évidence de forts potentiels, certes, mais aussi qu’aucun des défis ne pourra être relevé sans un préalable : la préservation des milieux marins.